Screenshot-72

L'été s'installait de plus en plus à Monte Vista, le soleil se réchauffait, l'aube se levait plus tôt, l'herbe devenait sèche, les rayons du soleil perçaient à travers les carreaux des fenêtres. Les gens en profitaient pour sortir se balader, passer un après-midi à la plage, faire des rencontres... La vie semblait renaître avec le soleil et sa chaleur écrasante.  

Screenshot-74

À peine midi passé, la chaleur en était presque insoutenable. Clio passait la plupart des ses après-midis à la piscine, à plonger ou nager. Elle aimait beaucoup la natation, ça lui permettait de faire du sport tout en se rafraichissant, contrairement au jogging. 

Screenshot-75

- Andreïs, viens te baigner ! Tu vas cramer si tu restes là ! fit-elle remarquer. 

- Je suis bien là, je bronze, j'en ai besoin !

La jeune fille avait du mal à comprendre comment on pouvait rester allongé sans rien faire, à attendre que le soleil nous brûle la peau. C'était tout simplement inutile et terriblement ennuyant.

yeay

(Admirez cet effet souvenirs fait sur photofiltre, c'est d'un magnifique)

Andreïs avait fini par accepter de vivre dans l'immense villa des dieux, malgré son inquiétude vis à vis de Zeus. Celui-ci ne l'avait évidemment pas bien pris, mais il tentait de l'oublier en s'occupant de la maison, afin de l'améliorer au maximum. Andreïs quant à lui, se faisait le plus petit possible, inévitablement impressionné par cette légende de la mythologie. C'est pourquoi il passait principalement ses journées à s'entraîner à la batterie et sortir avec Clio.

Malgré le mauvais caractère du roi déchu des dieux, le jeune homme avait du respect pour lui. Lui qui n'avait pas vécu depuis toujours avec lui, il l'avait d'abord connu dans les livres et les histoires, connu comme étant le plus grand de tous les dieux, gardien de l'éclair, régnant durement, mais avec justice. Il prenait sa mauvaise humeur constante comme le fait qu'il ait été banni. Il tenait à ce qu'il savait de Zeus. Il était sûrement différent en tant que dieu. Alors bien qu'il n'aimait pas le jeune homme, ce dernier le respectait et participait un maximum à la maison. 

Screenshot-76

Clio sortit le matelas gonflable et s'installa dessus, pour essayer de faire comme son copain. Elle était allongée depuis seulement une minute qu'elle s'ennuyait déjà. Non, décidemment, elle ne comprenait pas. 

Screenshot-79

C'est à ce moment-là qu'Andreïs décida de se jeter à l'eau. Il s'approcha du matelas où Clio était allongée.

- Qu'est-ce que tu fais ? lui demanda-t-il.

- J'essaye de faire comme toi, mais c'est ennuyant. Et d'après ce que je vois, quand je nage, tu bronzes et quand je bronze, tu nages, tu n'fais pas un peu exprès ? 

- Peut-être... Dis, je me demandais...

- Hum ? 

La jeune muse avait fermé les yeux, et commençait même à s'endormir. Le soleil était vraiment traître.

- Elle sert à quoi cette cabane ? Y'a rien dedans.

- J'en sais rien, ça toujours été là, avec rien dedans. 

- Il faudrait en faire quelque chose... 

Elle se releva, appuyée sur les coudes et le regarda.

- Et tu voudrais en faire quoi ? Cette maison est déjà bien assez grande, pas besoin de rajouter une pièce. 

- T'inquiètes pas, je vais y réfléchir.

- Je m'inquiète pas, loin de là. 

Elle reposa la tête et comtempla le ciel. Aucun nuage n'obscurcisait le ciel. C'était les journées telles que celle-ci qu'elle aimait. 

Screenshot-80

Andreïs plongea et s'aventura jusque sous le matelas de Clio, avant de remonter brusquement, emmenant le matelas gonflable avec lui. La jeune fille tomba à l'eau en hurlant.

- Hé ! s'exclama-t-elle en remontant.

- Quoi ? fit le jeune homme d'un air innocent ? Qu'est-ce que tu as ? 

Sans prévenir, Clio l'éclaboussa autant qu'elle le put, en guise de vengeance. S'ensuit alors une véritable bataille où chacun éclaboussait vainement l'autre jusqu'à ce que Clio s'échappe en plongeant. Ils s'amusaient comme des enfants. Elle était tellement heureuse qu'il soit là. Il apportait un peu de bonne humeur dans cette triste maison. 

Screenshot-81

Cependant, elle s'ennuyait. Cela faisait bientôt dix-huit ans qu'elle vivait à Monte Vista, elle n'avait jamais rien connu d'autre, si bien qu'elle en connaissait les moindres recoins. Chaque endroit, elle l'avait parcouru des dizaines de fois ; elle s'ennuyait ici. Elle rêvait d'aventures, de parcourir le monde, ce monde qui lui donnait tant envie depuis sa tendre enfance. Elle voulait connaître autre chose. 

- J'aimerais partir en Egypte.

Elle avait prononcé cette phrase sans s'en rendre compte, dans le vide, sans attendre de réponse. C'est pourquoi elle sursauta quand Andreïs dit : 

- Pourquoi pas ? Vas-y !

- Quoi ? 

- En Egypte ! On pourrait y aller, ça pourrait être cool !

- Zeus ne voudra jamais... se désespéra la jeune muse. 

- Tu peux toujours essayer ! Il n'est peut-être pas si méchant. 

Elle lui jeta un regard étonné. Zeus était méchant et égoïste, et rien d'autre. surtout avec elle. Il voulait simplement qu'elle survive et donne naissance à la prochaine muse. C'était tout ce qu'il attendait d'elle, et surtout pas qu'elle voyage à travers le monde. 

Screenshot-84

Elle trouva Zeus et Hestia en train de discuter sur le canapé. Zeus aimait beaucoup passer du temps dans le salon pour quelconque raison, et c'était le seul moment qu'avait Hestia pour lui parler sans qu'il ne s'esquive. Ce n'était peut-être pas le meilleur moment pour lui parler de voyage... Mais tout comme Hestia, c'était le seul moment pour lui parler sans qu'il ne s'esquive. 

- Zeus, je voudrais te parler.

L'interpelé souffla, d'exaspération sans doute. Il en avait assez d'être sollicité pour que tout se transforme en dispute. Pourquoi personne ne pouvait lui foutre la paix ?!

- J'aimerais partir en Egypte... Voyager. 

Elle l'avait dit tellement vite que c'en avait presque été incompréhensible. Une boule se forma au creux de son ventre, elle attendait la réponse de son dieu déchu de père. Celui-ci ne réagit pas tout de suite. Il inspira longuement, avant de se lever le plus tranquillement du monde. 

Screenshot-88

Il se plaça devant sa fille avant de lâcher : 

- Non. 

- Quoi ? Mais pourquoi ? 

La jeune fille était énervée, pourquoi il refusait tout ce qu'elle demandait, sans aucun argument construit ? 

- Parce que je ne suis pas d'accord, c'est tout.

- Pourquoi ? Pourquoi tu veux pas, explique ! 

- Clio... tenta Hestia de jouer les médiateurs.

- Non, Hestia, c'est mon rêve, je veux voyager, pourquoi tu ne veux pas ? s'emporta-t-elle.

- C'est trop dangereux, tu sais pourquoi.

Le vieil homme restait calme. Il ne voulait pas se disputer, il ne voulait pas passer pour le méchant agressif. Tout cela commençait à le fatiguer.

Clio, elle, en avait assez de cette excuse, de son soit-disant devoir. Jamais voyager n'avait tué quelqu'un, Monte Vista était tout aussi dangereux, alors.

- Clio, je n'en dirais pas plus, il est hors de question que tu voyages, du moins pas maintenant.

Elle n'eut même pas la force de riposter. Tout cela serait vain. Elle connaissait Zeus, s'il ne voulait pas, les disputes ne régleraient rien, jamais il ne changerait d'avis. Elle se contenta alors de lui jeter un regard glacial, avant de tourner les talons et quitter la pièce. Zeus, lui, se rassit tranquillement, comme si la conversation n'avait jamais eu lieu. 

Screenshot-89

- Clio, comment ça s'est passé ? 

Elle ne répondit pas et continua son chemin sans lui prêter attention. Le jeune homme devina sans peine que la conversation n'avait pas été concluante. 

Screenshot-93

Les jours qui suivirent, Clio sortit très peu de sa chambre, et laissait peu de fois Hestia ou Andreïs y entrer. Elle pensait souvent aux voyages qu'elle aimerait faire. Quand pourrait-elle réaliser son rêve ? Quand elle aura eu un enfant, une fille ? Quand elle ne pourra plus faire ce qu'elle voudra car elle aura la responsabilité d'un enfant ? Non. Elle devait tout faire pour partir avant, lui désobéir. Hestia lui avait promis qu'elle ferait tout pour raisonner Zeus et l'aider à partir. Elle avait du mal à y croire... Zeus ne changeait jamais d'avis.

Elle passait aussi beaucoup de temps sur son ordinateur, à écrire des poèmes. Étant une muse, cela lui venait tout naturellement, elle aimait beaucoup écrire des pseudo-épopées et réinventer l'histoire des dieux grecs. 

Surtout celle de Zeus. 

 

Les jours s'écoulèrent lentement, banalement. Clio rêvait de plus en plus d'aventures, Hestia tentait de raisonner Zeus, tandis que ce dernier continuait de soit râler, soit ignorer le reste du foyer. Andreïs quant à lui, restait le plus souvent silencieux dans la chambre, à lire des bouquins, principalement sur la mythologie grecque, voulant toujours en savoir plus ; ou alors il travaillait sa maîtrise de la batterie. 

Screenshot-94

Bientôt, l'anniversaire des deux adolescents arriva. Clio attendait ce moment depuis tellement longtemps. Enfin elle devenait une adulte, enfin elle laissait derrière elle le lycée, les gens qui l'avait méprisée, elle laissait partir pour toujours son enfance catastrophique et son adolescence mouvementée. La vrai liberté arrivait enfin.

Elle s'empressa de souffler les bougies devant une Hestia émue. Sa "fille", sa muse, celle qu'elle avait élevée devenait grande. C'était sans doute ça que l'on ressentait quand on était mère. Certes, Clio n'avait pas été une enfant comme les autres, mais elle en était tellement fière. Contrairement à Zeus, qui n'avait pas souhaité faire partie de la fête et qui était parti se coucher encore plus tôt qu'à l'accoutumée. Mais Clio n'en était pas déçue. Elle n'attendait plus rien de lui depuis longtemps.

Screenshot-96

Cet anniversaire donnait encore plus de rêves d'aventures à Clio. Elle se sentait libre, même libre de Zeus, libre de partir. 

- Clio... Tu es magnifique, souffla Hestia, encore plus émue qu'avant.

- Elle a raison, ajouta Andreïs, dévorant la jeune femme des yeux. 

Elle rougit, tout en remettant une mèche rebelle derrière son oreille. Elle était tellement heureuse, entourée de ceux qu'elle aimait. 

Hestia lui fit signe se s'approcher, avant de lui offrir une petite boîte emballée d'un magnifique papier cadeau. 

- Pour toi, et aussi Andreïs. Bon anniversaire, ma petite muse.

Avant même de savoir ce que renfermait cette boîte, Clio lui sauta au cou, heureuse de ce cadeau mystère. Puis elle déchira le papier, le laissant voler jusqu'au sol, sans prendre la peine de ramasser les morceaux.

Le cœur battant, rongée par l'impatience de découvrir son cadeau, elle ouvrit délicatement la boîte.

Dedans se trouvaient deux billets d'avion.