Screenshot-33

Les deux amoureux étaient à peine rentrés que Clio noircissait déjà des pages et des pages en tapant frénétiquement sur son clavier. Elle y racontait absolument tout, ses aventures, ses émotions face à ce pays si différent, ce qu'elle y avait découvert...

- Comment tu fais ? s'étonna Andreïs.

- Comment je fais quoi ?

- Pour écrire à une heure pareille ! Avec le décalage horaire, tout ça, comment tu fais ?

- Je dois écrire tant que je suis encore dedans. Va te coucher, j'arrive bientôt, promis.

Screenshot-34

Le lendemain matin, Clio se leva aux aurores, pour jardiner un peu. Elle avait cueillit de nombreux fruits que l'on ne trouvait pas ici, à Monte Vista, et elle comptait bien les faire pousser dans son propre jardin. Jardin qui était resté à l'abandon durant des années, après que Zeus ait abandonné l'idée de recevoir des informations de la part de Déméter.

Screenshot-35

- Bonjour, salua nonchalamment son père Clio, comme si de rien n'était.

Zeus ne répondit pas, s'il répondait, cela finirait en dispute, mais s'il ne répondait pas, cela se finirait exactement pareil. Le moindre temps passé avec sa fille se terminait en dispute, c'était très désagréable.

- Bonjour, finit-il par répondre après une longue hésitation.

- Où étais-tu pendant trois jours ? demanda-t-il finalement, conscient que cette question n'était pas la bienvenue. Mais pourtant nécessaire. Elle ne pouvait pas s'en tirer comme ça.

- Tu vas pas commencer... souffla la jeune femme. Mais bon, si tu insistes... J'étais en Egypte.

- Pour quoi faire ?

Clio soupira de plus belle. Pourquoi, s'il détestait autant les disputes, les déclenchait-il ?

- Faire ce que je t'ai gentiment demandé et que tu m'as refusé.

Le dieu déchu prit sa tête entre ses mains en se massant les yeux, réfléchissant au meilleur moyen de faire comprendre à sa fille l'insolence dont elle faisait preuve.

- Donc tu n'avais pas à le faire... Tu m'as désobéi...

Screenshot-38

Cette dernière phrase mit Clio en colère

- Je ne suis plus une gamine, j'ai le droit de faire ce que je veux !

- Sauf que même avant tu désobéissais ! rétorqua-t-il.

- Tu n'avais qu'à m'éduquer, si l'éducation que m'a donné Hestia ne te suffit pas ! cracha la muse, heurtant son vieux père par le ton de sa voix et son pouvoir sur les mots.

Le vieux dieu se rembrunit, fatigué de ces querelles, de ces mots durs, qui ne menaient à rien hormis à de nouvelles disputes, encore et toujours. Clio trouvait toujours quelque chose pour répondre, de nouvelles accusations, de nouveaux blâmes. Jamais elle ne lui pardonnerait tous ces mensonges, jamais elle n'accepterait ses origines qui lui avaient fait tant de mal. Elle lui en voudrait jusqu'à sa mort.

Dépassé, il se laissa tomber sur sa chaise, laissant sa fille vivre sa vie. Plus jamais il ne lui dira quoi que ce soit. Plus jamais il ne s'interposera dans sa vie. Il n'existait plus.

Screenshot-40

- J'en ai assez de lui, je ne peux rien faire sans qu'il me crie au final dessus ! se plaignait Clio.

- Clio... souffla son fiancé. Il est peut-être temps que tu le laisses tranquille, tu ne crois pas ?

- Mais je le laisse tranquille ! Je l'ai salué poliment ce matin !

- Alors il faut peut-être que vous vous ignoriez totalement.

Bien que ce soit lui qui proposait cette idée, elle ne lui plaisait pas du tout. L'ambiance dans cette maison n'était déjà pas au beau fixe, si en plus la moitié de ses habitants s'ignoraient mutuellement, rien ne s'arrangerait. Mais ces disputes qui se répétaient chaque jour pour des raisons futiles, il commençait à en avoir assez. Jamais ces deux-là ne pourraient s'entendre, alors autant prendre une décision radicale.

- Je vais essayer...

- Non, tu ne vas pas essayer. Tu vas le faire. Promis ?

- Promis.

Screenshot-42

Après coup Clio décida de voir Hestia. La déesse rouge sortait tout juste de sa chambre où elle s’était préparée pour la journée.

- Hestia ! s’écria la muse en s’élançant vers sa mère adoptive.

- Comment vas-tu ma belle ? Ton voyage s'est bien passé ? 

- Super, merci beaucoup pour ce magnifique cadeau ! Et... Andreïs m'a demandé en mariage ! s'exclama-t-elle en lui montrant sa main baguée.

- C'est super, je suis si heureuse pour toi, Clio ! Tu me raconteras tout ça cet après-midi, c'est ta remise des diplômes aujourd'hui !

- Vraiment ?

La jeune femme avait totalement oublié cette chose. Pour elle son diplôme ne signifiait tellement rien qu'elle en avait presque oublié qu'elle l'avait eu un jour.

- Allez, va te préparer, lui conseilla Hestia.  Dépêche-toi !

Screenshot-44

Clio avait obtenu son diplôme sans mention, ni récompense particulière. Elle l'avait eu, c'était tout. Elle en était tout de même contente au vue de sa scolarité chaotique. Elle n'avait jamais pu rattraper le retard qu'elle avait accumulé lors de ses crises, mais elle avait toujours essayé de faire de son mieux pour ne pas sortir du lycée sans rien. Et elle avait réussi. Elle était désormais diplôme en main, diplôme inutile pour devenir auteure, mais elle en était fière.

Même Zeus était venu à la cérémonie, bien qu'il voulait ignorer sa fille. Mais justement, elle était sa fille, et il ne pouvait ignorer les étapes importantes de sa vie. Même s'il le voulait...

Screenshot-59

Les journées passèrent, suivies des semaines. Une routine s'était de nouveau installée dans la famille du dieu déchu. Clio écrivait plus que jamais, son premier livre s'était plutôt bien vendu, on y vantait sa maîtrise de la langue et son côté épopée antique très bien tourné.

Andreïs, lui, s'était trouvé un travail en tant que photographe amateur. Il s'amusait à prendre en photo tout et n'importe quoi, surtout Clio. Elle aimait poser dans la petite pièce aménagée en studio photo. Elle aimait devenir sa muse.

Screenshot-45

Quant à Hestia, elle occupait ses journées en peignant.

Mais un jour, l'une des peintures resta en suspend. À moitié peinte, la toile attendait là, sur le chevalet. La pièce était déserte, il n'y avait aucune trace d'Hestia. Elle n'avait pas fini de peindre cette toile, et ne s'y attelait pas.

- Hestia ? appela Clio.

Screenshot-52

La jeune femme trouva la déesse dans le jardin, dans un coin bohème installé il y avait peu. Elle semblait ailleurs, le visage en proie à une mélancolie.

- Hestia ? appela de nouveau Clio en s'asseyant à ses côtés. Hestia, ça va ?

- Oui, ça va... répondit-t-elle d'un ton absent.

- Qu'est-ce qu'il ne va pas ?

- Rien, c'est juste que... Je m'ennuie, je crois. Je n'ai rien à faire dans cette vie, à part peindre.

Sa vie de déesse n'avait pas été la plus remplie et passionnante de toutes, très peu d'histoires parlaient d'elle, comparé à d'autres, mais elle avait toujours quelque chose de différent à faire, toujours de nouvel endroit à voir, de nouvelles personnes à rencontrer. Ici, elle n'avait rien, hormis une vie ennuyeuse de mortelle.

- Il y a plein de choses à faire dans la vie ! Tu pourrais te trouver un travail, ça pourrait t'occuper ! proposa Clio.

- Un travail ? Tu me crois vraiment capable de me mélanger aux mortels ? s'inquiéta alors la déesse déchue. 

- Tu vis ici depuis des dizaines d'années ! Il est temps que tu sortes de cette maison, maintenant, crois moi. Viens !

- Où ?

- On va te trouver un travail !

Screenshot-53

- Alors, qu'est-ce que tu voudrais faire ?

Hestia ne sut quoi répondre. Elle n'en avait aucune idée, depuis tellement d'années elle était peintre indépendante, jamais l'idée d'avoir une autre carrière ne lui avait traversé l'esprit.

- Hum... Qu'est-ce que tu aimes ?

- Peindre...

- Autre chose ?  Oh je sais ! Pompier, tu es la déesse du feu !

La déesse du feu la regarda longuement, les sourcils froncés, attendant qu'elle comprenne son erreur.

- Mais les pompiers combattent le feu, tu as raison, désolée. Pourquoi pas prof ? Tu adores les enfants, et tu a l'âme d'une pédagogue !

- Tu crois ?

- C'est toi qui m'a élevée je te rappelle. Je sais ce que je dis. Ça tombe bien, il cherche un surveillant au collège !

Hestia était sceptique, elle redoutait énormément le fait de vivre une vie de mortelle. Elle ne se sentait pas prête, elle ne pensait pas réagir comme les mortels, rien que dans sa tenue, son manque total d'intégration se faisait resentir.

Screenshot-55

- Tu es sûre que c'est une bonne idée ? demanda Hestia pour la énième fois.

- Mais oui, tu t'en sortiras à merveille ! Arrête de t'inquièter, c'est ça ou tu continue à t'ennuyer devant tes tableaux.

Sa fille adoptive avait raison, elle devait arrêter cette vie de peintre cloîtrée dans l'immense villa froide et vide. Elle devait enfin vivre une vie normale comme une mortelle normale, puisque c'était cette vie qu'elle vivait désormais.

Une vie qu'elle avait toujours autant de mal à accepter...

Screenshot-57

Au repas du soir, Hestia ne se présenta pas, pas plus que Zeus. Ce dernier devait sûrement attendre que sa fille et son fiancé quittent la pièce avant de venir. Hestia, elle, était partie se coucher, rongée par le stress. Le lendemain serait le grand saut dans la société, elle sortait de la maison pour la première fois, et pas seulement pour faire les courses.

- Où est Hestia ? demanda Andreïs.

- Dans sa chambre. Elle stresse.

- À propos...?

- Elle s'est trouvé un travail ! Elle commence demain !

- Mais c'est génial ! s'eclama-t-il, heureux pour elle qu'elle se soit trouvé quelque chose à faire de ses journées. Un boulot dans quoi ?

- L'éducation.

Screenshot-62

Le lendemain, après une nuit bien trop courte, Hestia décida finalement de rejoindre Clio pour le petit-déjeuner.

- Bien dormi ?

- Pas vraiment... Tu es sûre que c'est une bonne idée ?

- Hestia... souffla la muse. On en a déjà parlé, tout se passera bien. Crois-moi.

Screenshot-63

Elle voudrait croire Clio, mais son cœur ne pouvait pas battre à tout rompre lorsque la voiture de fonction s'arrêta dans la rue et klaxonna. Mal-à-l'aise dans ces vêtements normaux, elle tentait de se calmer. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, vraiment pas. Elle avait l'habitude des enfants, il lui suffisait juste de les surveiller...

Screenshot-65

Après que Zeus ait quitté la maison, Clio et Andreïs se retrouvèrent alors seuls. Depuis qu'ils étaient rentrés d'Egypte, cela n'était pas arrivé.

- Alors, qu'est-ce que tu veux faire aujourd'hui ?

- Je ne sais pas, passer tout simplement la journée avec toi me suffirait.

- Que dirais-tu de devenir une nouvelle fois ma muse ?

Elle sourit. Pour lui, elle serait toujours qui elle était vraiment.


Screenshot-61

Juste parce que j'aime cette photo prise par Andreïs, en noir et blanc j'trouve qu'elle gère *^*

Voilà pour vous mes petits bouquetins, désolée du retard, j'suis arrivée en Angleterre, j'ai dû prendre mes marques, nouvelle école, nouveaux tout x) et connexion internet un peu pourrie dans la famille, mais tout va bien.

Désolée pour ce chapitre court et pas franchement génial, j'essaye de vous faire mieux et plus vite pour le prochain.

One love ♥