Screenshot-70

Allongés sur le lit parental, Clio et son fils se reposaient tranquillement alors que les pâles rayons du soleil de printemps venaient éclairer leurs visages endormis. Le petit Calliste aimait beaucoup ces siestes avec sa mère qui, arrivée à un stade de grossesse avancé, avait plus que besoin de ces quelques heures de repos.

Les derniers mois avaient de plus été chargés, la chambre ayant été réaménagée. Mais toute cette fatigue accumulée valait le coup, et désormais, la muse pouvait rattraper son sommeil en retard dans sa nouvelle chambre.

Screenshot-75

Le bambin était également arrivé au stade où il devait apprendre les rudiments de la vie, comme marcher ou parler. Néanmoins, il semblait moins enclin à parler, ses parents n'ayant entendu le son de sa voix qu'en de rares occasions. Il préférait mimer ses sentiments par des expressions du visages et de grands gestes et parfois des rires.

Screenshot-83

Clio redoutait la naissance de son enfant. Elle avait peur de donner naissance à un deuxième garçon, mais elle avait également peur de donner naissance à la prochaine muse, craignant que leur vie soit chamboulée par le possible retour du traître. Dans les deux cas, elle angoissait, malgré le réconfort de son mari.

- Je suis sûr que tout va bien se passer, répéta-t-il pour la énième fois de la semaine. 

- J'en sais rien... Après ma naissance, le traître a frappé immédiatement, faisant pas mal de dégâts...

- Ce n'est pas pour autant que ça va obligatoirement se reproduire ! Pense positivement, où est passée ta bonne humeur, hein ? la taquina-t-il, espérant la faire sourire.

Ce qui fonctionna. Elle esquissa un demi-sourire avant de partir se coucher, épuisée.

Screenshot-64

Calliste aimait beaucoup le printemps et les longues et tranquilles promenades en poussette. Tout comme sa mère, il semblait avoir pris goût à la découverte, mais, ce qui rassurait son père, de façon moins importante. Lui restait bien sagement dans la poussette, à observer le monde qui l'entourait sans bouger.

Puis le téléphone d'Andreïs sonna.

- Oui ? ... J'arrive.

Voyant son père faire demi-tour, l'enfant le questionna de sa moue exprimant l'incompréhension.

- Tu vas rester avec Hestia pour le reste de la journée, d'accord ?

L'incompréhension se transforma en déception. Il aimait sa promenade en poussette.

- Ne fais pas l'idiot, Calliste, tu vas être grand frère, mais ça veut dire que la promenade est finie pour aujourd'hui.

Screenshot-90

Alors que la nuit tombait, ses parents rentrèrent enfin, un drôle de paquet dans les bras. Tous les deux souriaient, bien qu'ils semblaient exténués. Ce n'est que quelques minutes plus tard que Clio vint chercher Calliste pour lui présenter sa nouvelle petite sœur.

- Tu la vois ? C'est ta petite sœur, et tu es son grand frère, il faudra la protéger.

Le petit garçon souriait, même s'il ne comprenait pas vraiment tout ce que cela signifiait. Il n'avait pas conscience de ce qu'était une sœur et être un frère, ni même pourquoi il devrait la protéger. Mais il souriait, silencieux, parce qu'il savait qu'il était fier d'être grand frère et que c'était un responsabilité. Il se sentait grand.

- Tu dis bonjour ?

Il secoua la tête de droite à gauche, refusant de dire un mot, comme à son habitude. Sa mère lui planta un baiser sur la joue avant de le mettre au lit.

- Bonne nuit mon grand.

Mon grand... Il était grand maintenant ! Et il s'endormit immédiatement, souriant jusqu'aux oreilles.

 

~*~

Screenshot-91

Après la naissance de ses deux enfants et beaucoup de repos, Clio avait pu reprendre ses activités telle que le jogging. Elle avait repris l'habitude de courir tous les jours pour se libérer un peu de sa vie de famille qui lui prenait presque tout son temps, et qui, elle se l'avouait, l'angoissait. La deuxième muse était née et sa mère craignait pour sa vie constamment, même sachant Hestia la surveillant. Le traître avait par de nombreuses fois essayer de la tuer, et elle avait peur qu'il fasse de même pour sa fille, malgré les années qui s'écoulaient sans aucun incident.

Parce qu'elle le savait, même si elle aimait ce calme, il n'était que factice. Et tôt ou tard, le traître frapperai.

Screenshot-94

Mais pour le moment, la petite Thalye s'épanouissait normalement. C'était une petite fille extrêmement joviale, jamais on ne l'avait entendu pleurer. Même à sa naissance, un large sourire s'étendait sur son visage, lui donnant le nom de la muse de la comédie, Thalye. Clio avait voulu l'épeler avec un "y", pour ne pas que se soit le même prénom que la première muse de la comédie, Thalie.

Tout comme son frère, elle ne parlait que très peu, préférant le rire à la parole. Les deux enfants s'adoraient. Thalye aimait énormément son grand frère qu'elle essayait tout le temps de faire rire par d'inombrables mises en scène, bêtises, jeux et mimiques. À ses côtés, le petit garçon semblait laisser derrière lui sa timidité maladive et on l'entendait même discuter. 

Screenshot-95

Ce jour-là était également l'anniversaire de Clio et Andreïs. Les deux amoureux devenaient des adultes responsables. Clio n'en avait pas spécialement envie, elle n'aimait pas devenir vieille, car elle savait que cela l'empêcherait, au fil des années, d'être aussi active qu'elle l'avait été.

Screenshot-98

Mais ce qu'Hestia n'aimait pas dans toute cette histoire, c'était son propre cas. Sa "fille" vieillissait, et elle non. Comment en était beaucoup plus vieille qu'elle, la déesse rouge n'avait pas vieilli avant ? À l'heure qu'il était, elle aurait dû se rapprocher de la véritable vieillesse que Zeus avait connu.

Mais au lieu de ça, elle restait jeune, et en bonne santé, elle n'avait pas pris une ride, n'avait pas eu la moindre maladie, ni quelconque problème. Et tout cela était bien trop anormal pour ne pas s'en inquiéter.

Screenshot-101

Elle décida d'en parler à Clio, après lui avoir souhaité une nouvelle fois un bon anniversaire.

- Tu as raison...remarqua finalement la muse. Je n'avais jamais vraiment fait attention, mais c'est vrai que tu n'as jamais vieilli... Tu penses que ça vient de quoi ? Enfin, je veux dire, c'est pas normal, si ?

- Non, ça ne l'est pas. J'ai eu droit au même traitement que Zeus, et contrairement à lui, je ne vieillis pas.

- Peut-être parce que tu étais sur Terre à ce moment là. Zeus était sur l'Olympe.

- Peut-être, mais je ne vois pas de rapport.

- Moi non plus, mais comment l'expliquer ?

- Je n'en sais rien...

Screenshot-102

Pendant ce temps, loin de tous ces problèmes de dieux, Andreïs avait affaire à une autre sorte de problème. Un appel d'une personne dont il ne voulait pas entendre parler lui annonçant une nouvelle qu'il ne voulait pas entendre.

- Non...

Screenshot-108

Une dizaine de minutes plus tard, Clio entra dans la chambre, ne remarquant pas son mari.

- Elle a de la chance au fond, Hestia. J'ai déjà l'impression d'avoir des rides... se lamenta-t-elle pour plaisanter en s'examinant devant le miroir.

Elle ne reçut aucune réponse, pas même un petit rire moqueur. C'est à ce moment-là qu'elle aperçut le reflet d'Andreïs assis sur le hamac, complètement abattu.

Screenshot-109

Lentement, elle s'approcha et s'assit à ses côtés, silencieuse. Elle n'avait aucune idée de ce qu'il lui arrivait, et n'osait pas le lui demander de but en blanc, de peur de le blesser.

- Andreïs...?

Elle attendit une réponse. Elle ne voulait pas le pousser à dire quelque chose s'il n'en avait pas envie.

- Mon père... est mort. Ils l'ont retrouvé dans son lit ce matin.

Clio lui prit la main sans un mot, en signe de compassion. Elle le laissa en parler, sans poser de questions. C'était à lui de décider de ce qu'il voulait dire.

- Je ne savais même pas qu'il allait mal.

- Je suis sûre qu'il allait bien. Il était juste temps pour lui de partir. De s'endormir à jamais.

- Je regrette de ne pas lui avoir rendu plus souvent visite quand je suis venu habiter ici...

- Il était heureux pour toi. C'est le principal, ne te rend pas coupable, dit-elle en posant doucement sa tête sur son épaule.

Il appuya son front contre celui de sa femme et tout deux attendirent blottis l'un à l'autre pendant de longues minutes silencieuses.

Screenshot-116

Andreïs finit par rejoindre ses enfants laissés seuls dans leur parc et enlaça sa fille, qui enfouit sa tête au creux de l'épaule de son père, consciente de sa tristesse. Néanmoins, elle se redressa pour lui adresser un grand sourire, espérant le faire sourire en retour. Puisque ce fut le cas, elle rit de son rire cristallin que tout le monde aimait entendre, avant de se blottir de nouveau contre son père.

Screenshot-126

Puis il fut temps pour la fillette d'apprendre à marcher. Son père la déposa à terre, attrapa ses petites mains et la guida. D'abord tremblotante sur ses jambes, elle ne mit pas longtemps à gambader gaiement jusqu'à son père qui l'accueillait les bras ouverts, toujours avec un immense sourire aux lèvres, qui ne semblait pas la quitter depuis sa naissance.

Screenshot-130

Clio, quant à elle, avait décidé de s'occuper de son jardin qu'elle avait quelque peu laissé à l'abandon après la naissance de Thalye, par manque de temps. De nombreux plants étaient morts et les rares toujours en vie étaient mal en point, infestés de mauvaises herbes et manquant terriblement d'eau. Heureusement, le temps était propice au jardinage ce jour-là, et la muse passa le reste de l'après-midi à redonner la vie à son jardin.

Screenshot-135

Hestia, restée dans la cuisine, s'occupait en cuisinant. Elle adorait cuisiner, trouver de nouvelles recettes à tester, de nouvelles saveurs à goûter. Tout un monde s'était ouvert à elle depuis son arrivée chez les mortels et elle avait envie de tout connaître sur la nourriture mortelle, laissant loin derrière elle l'ambroisie et le nectar, qui, après tant d'années, lui semblaient bien fades. Elle préférait de loin un bon plat maison, cuisiné par elle-même, avoir la satisfaction de voir ses proches apprécier ce qu'elle avait produit. Et ça la détendait. Ce dont elle avait grandement besoin après s'être torturer l'esprit à propos de sa prétendue éternelle jeunesse.

Screenshot-140

La nuit tomba et un curieux petit être profitait de savoir marcher pour découvrir ce qu'il se trouvait derrière la porte de sa chambre. Avec une détermination inébranlable, Thalye avait ouvert la porte et marchait désormais sur ses jambes encore tremblantes dans le couloir, émerveillée par ce qu'elle voyait.

Elle découvrait la sensation de la pierre sous ses pieds et en riait. C'était froid et tellement bizarre !

Elle aperçut une autre porte, à l'autre bout et se mit en tête de l'ouvrir pour découvrir encore plus de choses...

Screenshot-144

Mais la petite fille fut interrompue par sa mère qui passa par la porte à ce même moment, découvrant sa fille gambadant seule.

- Dis donc, toi... Qu'est-ce que tu fais là ? 

Un rire malicieux s'échappa de la gorge de la petite fautive, tandis que ses pieds quittèrent le sol pour qu'elle trouve refuge dans les bras de sa mère.

Screenshot-148

- Au lit, déclara Clio en la déposant dans son berceau.

Thalye gémit en hochant la tête de droite à gauche, exprimant son désaccord. Elle n'avait pas sommeil, elle voulait découvrir encore, pas dormir !

- Comment ça, non ? Il est tard !

Elle secoua de nouveau la tête, ne cédant pas.

- D'accord, je reviens dans vingt minutes pour coucher ton frère, mais vingt minutes pas plus ! Après c'est au lit ! l'avertit sa mère.

En signe d'accord, elle sourit en émettant un petit rire, comme à son habitude, tandis que Clio la déposait à terre, avant de quitter la pièce.

Screenshot-152

Un regard dans le vide, la petite chipie réfléchissait à sa prochaine bêtise. Elle savait pertinemment qu'elle n'avait pas le droit de quitter la nurserie sans ses parents, mais rester ici n'était pas amusant pour la petite muse. Elle expliqua rapidement et avec le vocabulaire qu'elle connaissait son "plan" à son grand frère qui l'écoutait attentivement, et bien qu'au fond de lui il savait qu'elle ne devrait pas faire ça, il la laissait car personne ne pouvait arrêter Thalye une fois qu'elle avait une idée en tête.

Screenshot-154

Malheureusement, le plan de la petite fille tomba à l'eau lorsqu'elle remarqua que la porte avait été fermée à clé. Clio n'était pas dupe, elle aussi avait rêvé d'aventures et de découvertes, elle aussi avait enfreint les règles et ouvert les portes.

Thalye, déçue, se laissa tomber à terre et attendit que sa mère revienne pour la coucher.

 


Wouaaaaaa, un chapitre long *^* C'était pour me pardonner d'avoir presque rien foutu de l'année dernière niveau màj et des dernières màjs super courtes.

La deuxième muse est enfin là, enfin ! Elle est pas choupiekawaii  ? :3

Avec son grand frère en plus, raaah, je les aime trooop ♥

Tout comme je vous aime ♥