Jamais il n’y avait eu autant de monde dans leur appartement. Mais vu sa taille, on avait naturellement pris la décision que cette année, le nouvel an se fêterait chez eux. Du côté d’Ellie, son groupe était bien évidemment présent, de nouveau réuni, la première fois depuis Halloween, Gus avait même pris la liberté d’inviter deux amis riders à lui. Crash, lui, avait invité la presque totalité de son équipe de hockey. Au total, huit hockeyeurs jouaient des coudes près des boissons pour être le premier à tomber sous le coup de l’alcool.

- C’est pour éviter les embrassades de minuit, je préfère être mort avant ! gueula l’un d’entre eux.

Crash s’excusa pour la lourdeur dont pouvaient faire preuve ses coéquipiers. Ils avaient vécu bien trop longtemps dans la montagne, éloignés de toute règle de bienséance, et jouer au hockey et aux brutes ne les avaient pas aidés.

Il y avait aussi Simon. Ellie ne l’avait pas revu depuis leur séparation, en avril dernier, et même si elle avait été celle qui avait mis fin à leur relation, le revoir lui avait néanmoins fait un choc. Cependant, polie, elle alla le saluer à son arrivée.

Screenshot-148

- Ellie, qu’est-ce que tu fais là ? s’étonna-t-il, apparemment pas au courant qu’elle vivait là, elle aussi.

- C’est aussi chez moi ici, expliqua-t-elle un peu gênée. Crash et moi on est en coloc depuis plus d’un mois.

- Ah… Ouais, j’aurais bien aimé être au courant.

- Pour que tu puisses ne pas venir ? ironisa la jeune fille.

- Euh, non, je n’ai jamais dit ça, je…

- Je rigole, passe une bonne soirée, Simon.

Elle ne rigolait qu’à moitié, pourtant. Elle avait bien compris au ton de son ex-petit-ami qu’il ne serait sans doute pas venu s’il avait su qu’Ellie serait là, et surtout que c’était aussi chez elle. Elle soupira. Apparemment, il n’avait pas totalement accepté le fait qu’elle le quitte, malgré les nombreux mois passés depuis.

Il s’en alla, rejoignant ses anciens coéquipiers de hockey. Quant à elle, elle alla trouver Crash à la cuisine, qui finissait de sortir les pizzas du four.

- T’aurais pu me dire que Simon venait, dit-elle en entrant, sans même s’annoncer.

Il se retourna, délaissant ses pizzas, et évita le regard de la jeune fille.

- Oh merde, je suis désolé Ellie, je… je n’étais pas sûr de comment tu réagirais, alors… et puis c’est mon pote, je pouvais pas ne pas l’inviter.

- T’inquiète pas, je voulais t’embêter un peu, je m’en fous. C’est plus pour lui, c’est moi qui l’ai quitté, je ne suis pas sûre qu’il m’ait vraiment pardonnée.

- Désolé Ellie, vraiment, j’ai merdé sur le coup.

- Crash. Je déconnais. Si tu veux vraiment t’excuser, va plutôt le faire auprès de Simon, ok ?

Elle lui accorda un grand sourire pour lui prouver que tout allait bien, et lui promit de passer un moment de la soirée avec lui, avant de partir retourner vers ses amis. Ils discutaient vivement, surtout Léane et Gus, et Ellie devina sans mal qu’une fois encore, ils étaient partis dans un débat sans issue, les deux réticents quant à l’idée de changer d’avis.

- C’est quoi le problème, encore ? s’amusa Ellie en s’approchant d’eux.

La discussion s’arrêta net, et ceux qui n’étaient pas impliqués dans le débat sourirent, sans doute amusés par l’aspect probablement stupide du débat, comme beaucoup de débats entre les deux l’étaient.

- Rien, t’inquiète pas Ellie, répondit Romain.

- On parlait de Simon, en fait, pas la peine de lui cacher, rétorqua méchamment Léane en croisant les bras.

- Ah, je vois, alors je suis pas sûre de vouloir savoir les détails du débat, conclut la jeune rousse.

- Bon, c’est une soirée de nouvel an les gars, on arrête de se faire la gueule, s’il-vous-plaît ! s’exclama Romain après quelques secondes de gênant silence, où seule la musique se faisait entendre.

Nathan fut celui qui s’approcha de l’enceinte et tourna le bouton du volume. Bientôt, on ne put plus s’entendre sans hurler, et Ellie pensa rapidement aux voisins, avant de se dire que ce n’était nouvel an qu’une fois dans l’année et de rejoindre le centre de la pièce où on avait fait de la place en poussant les meubles pour danser. La seule qui ne dansa pas fut Léane. Mais Ellie s’en était douté. La jeune femme n’avait jamais aimé danser, dans chaque soirée, elle avait évité ça, restant à l’écart et observant les autres de loin, généralement en buvant tranquillement un verre.

- Allez Léane, viens ! l’approcha néanmoins Ellie.

- Non merci, je suis très bien où je suis, répéta pour la énième fois de sa vie son amie en se terrant encore plus dans son coin.

- Oh non, cette fois, tu viens, c’est nouvel an ! répliqua l’autre en s’emparant de ses mains et l’attirant brusquement vers le centre.

- Ellie ! s’offusqua la blonde.

Et à Ellie de rire aux éclats.

Screenshot-153

Elle fut immédiatement encerclée par Gus et Romain, afin qu’elle ne s’échappe pas et qu’elle danse tout de même un peu. Léane les insultait, les menaçait de les frapper, sans jamais mettre ses menaces à exécution.

- Reste un peu avec nous Léane, on dirait que tu nous aimes pas ! lui disait Romain.

- Je vous aime pas, rétorquait-elle.

- C’est pas vrai.

- Dans ces cas-là, si, je vous aime pas.

Elle ne dansa pas, mais resta tout de même au centre avec les autres, profitant du moindre faux pas de l’un d’entre eux pour se moquer, avec ce rire cynique qui lui était propre. Puis quand Romain se fatigua et se mit sur le côté pour se reposer, Léane l’accompagna et les deux commencèrent à discuter.

La soirée continua banalement, pour une soirée. Les gens dansaient, discutaient, mangeaient, buvaient, riaient, les premiers effets de l’alcool se faisaient ressentir et on commençait à raconter n’importe quoi, à hurler, à agir étrangement.

Minuit approcha et Ellie, se sentant un peu étouffée par autant de gens dans si peu de place, et par les regards constants de Simon, qui semblait jaloux à chaque fois qu’elle riait ou s’amusait, décida de prendre l’air. Elle se retrouva alors sur le balcon, par des températures sans aucun doute négatives, et elle frissonna. Elle y croisa le hockeyeur qui portait pendant les matchs le maillot 27, en train de fumer, accoudé à la rambarde.

- Salut, dit-elle en lui faisant un signe de main, auquel il répondit de la même manière.

Elle vint s’accouder elle aussi à la rambarde, et observa le ciel au-dessus d’elle. Il était de nouveau chargé de lourds flocons. Cela faisait quelques jours que les tempêtes de neige étaient finies et qu’ils avaient un peu de répit. Gus en avait été le premier heureux. Il pouvait enfin skier de nouveau au soleil et arrêter de ne plus rien voir à cause de la neige qui tombait. Mais elles étaient de retour, apparemment.

Screenshot-155

Elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle pensait toujours à Euterpe quand elle observait les étoiles. Peut-être parce que cette dernière s’était beaucoup livrée sous ce spectacle. Deux soirs de suite, en août, les étoiles l’avaient bouleversée. Ellie ne savait toujours pas pourquoi ça l’avait mise dans un tel état, mais désormais, elle pensait à Euterpe en regardant les étoiles.

Surtout ce soir aussi. Elle avait proposé à son amie de Monte Vista de venir, pendant les vacances, à la période du nouvel an, afin qu’elles puissent le fêter ensemble. C’était ce qu’elle lui avait dit aussi, qu’elle viendrait aux prochaines, en montant dans le train qui partait d’ici. Mais elle n’était pas venue, quand bien même elle se trouvait à seulement quelques vallées de là. Elle passait nouvel an en famille, lui avait-elle dit. Qui passait le nouvel an en famille, à cet âge ?

Toute la soirée, elle avait essayé de ne pas penser à sa déception de ne pas avoir la jeune musicienne à ses côtés, et de devoir éviter quelqu’un qui aurait souhaité ne pas la voir ici. Même si elle s’amusait bien, la soirée était loin d’être réussie, pour elle.

Elle ferma les yeux et essaya d’écouter le silence, comme Ophélia le lui avait appris. Mais la musique provenant de chez elle était trop forte. Elle gâchait tout.

- Hey…

Elle sursauta, ne s’attendant pas à être rejointe. Puis elle soupira devant sa propre bêtise, frissonna. Ne plus bouger lui avait fait perdre la sensation du froid.

- Salut Crash. Je t’ai pas entendu arriver, tu m’as fait peur.

- J’ai bien vu.

Il vint se placer à côté de la jeune fille et porta sa main à sa bouche, dévoilant une cigarette roulée. Sans même le remarquer, Ellie la fixait.

- C’est pas à moi, je l’ai piquée à Will, se sentit-il obligé d’expliquer face à un tel regard.

- Je croyais que tu avais arrêté de fumer, dit-elle simplement.

Il haussa les épaules.

- Quelques fois en soirée, ça fait pas de mal.

Il l’alluma et son visage disparut derrière un nuage de fumée bien différent de ceux formés par leurs souffles, qui s’évapora presque aussitôt.

- Qu’est-ce que tu fais là toute seule, dehors, dans le froid ? demanda-t-il alors.

- Il ne fait pas froid, rétorqua-t-elle, et comme preuve, elle frissonna violemment.

Crash éclata de rire.

- Tu es en train de geler, se moqua-t-il en lui frottant le dos pour la réchauffer.

À l’intérieur, les gens commencèrent à s’agiter, minuit approchait de plus en plus, les dix secondes du compte à rebours étaient là. Dix. Crash écrasa le reste de sa cigarette dans le petit tas de neige qui s’étirait sur la rambarde. Sept. Il fit un pas. Quatre. Attrapa Ellie par les bras. Deux. L’embrassa. Zéro.

Screenshot-160


Franchement, il abuse Crash, on embrasse pas quelqu'un après une clope, ptn