Screenshot-102

Les nuages venaient de prendre une magnifique teinte verte quand la lune se dévoila enfin, entourée de milliers d'étoiles scintillantes. Thalye lâcha un cri de stupéfaction, bouche bée devant tant de beauté.

- J'adore la nuit, c'est trop beau, souffla-t-elle, fascinée.

Elle se tourna vers son frère, allongé à ses côtés, sur la colline. C'était là le meilleur endroit pour observer les étoiles.

- Tu ne trouves pas ?

- Thalye, ce n'est pas parce que je réponds pas que je n'approuve pas, rétorqua-t-il, rieur.

Un sourire traversa le visage de la jeune fille de part en part, tandis qu'elle redirigeait son regard vers le ciel étoilé.

- Dis ? C'est quand que tu me le présentes, Ben ?

- Benjamin... rectifiait comme à chaque fois Calliste, avant que Thalye ne réponde, comme à chaque fois :

- Ben, c'est plus court. Parce que je ne l'ai jamais vu avec toi au lycée, vous êtes super discrets, c'est chiant ! se lamenta-t-elle.

Elle rêvait de voir son frère en compagnie de son amoureux. Mais quand enfin elle l'apercevait dans la cour, le fameux Ben restait invisible, comme s'il avait peur qu'on les voit ensemble. Elle, elle s'en fichait. Tout le monde savait avec qui elle était sortie et sortait, ça ne la dérangeait pas. Peut-être aussi parce qu'elle ne ressentait rien...

- Tu ressens quoi quand tu le vois ? demanda-t-elle soudainement, prenant au dépourvu son aîné.

- J'en sais rien... C'est indescriptible, mon cœur bat plus fort, mon estomac se noue et j'ai envie de sourire. C'est l'amour, en fait. Tu n'as jamais ressenti ça, n'est-ce pas...?

Screenshot-100

Elle se redressa, observant cette fois-ci la lueur des étoiles se refléter sur l'océan calme. Des sentiments contradictoires la submergeaient, elle était à la fois heureuse pour son frère, et triste de ces paroles. Comme il l'avait dit, elle n'avait jamais ressenti ça. Pas de petites étoiles dans les yeux, ni les fameux papillons dans le ventre, ni le cœur battant à la chamade, ni le sourire aux lèvres. Elle souriait souvent, mais pas en voyant son copain, que ce soit Noan, Lucas, Théo, Timothée ou n'importe quel autre. Et même si elle aimait batifoler à droite et à gauche, sans se prendre au sérieux, elle rêvait de sourire et de se sentir bien en présence d'un garçon, autre que son frère.

- Tu crois qu'après ma mort, je deviendrai une étoile et que je ferai partie de ce spectacle magnifique ? dit-elle, sans qu'il n'y ait de rapport avec la conversation.

- Pourquoi tu dis ça, d'un coup ?

- Je sais pas... répondit-elle l'esprit ailleurs. Je pense à tout et rien quand je regarde les étoiles, fais pas attention à moi.

Calliste reporta son attention sur les étoiles. Cette nuit-là, le ciel était dégagé.

Screenshot-108

En rentrant, alors qu'il était minuit bien passé, les deux adolescents tombèrent sur leur père s'entraînant à la batterie.

- Tu dors pas ? demanda Thalye en s'installant sur une chaise.

- Toi non plus, à ce que je vois.

- Héhé, gagné. Y'a pas cours demain, j'en profite.

Elle sortit le jeu de dominos, les distribua et appela son frère pour jouer. Elle n'avait pas l'air décidée à aller se coucher, apparemment.

- Ahah ! J'ai trouvé ! Là !

- Pour le moment y'a que deux dominos de placés, c'était pas trop dur, fit remarquer Calliste.

- Peut-être, n'empêche que j'ai trouvé où placer celui-là ! rétorqua la jeune fille.

Screenshot-110

Le jour se leva, et Clio était déjà affairée à son livre. Elle disait que ce serait l'ultime œuvre de sa vie, son seul chef-d'œuvre, et le dernier livre de sa carrière. Elle travaillait dessus depuis déjà plusieurs années. C'était le travail d'une vie, disait-elle. Après, elle prendrait sa retraite et profiterait un repos bien mérité.

Mais ce jour-là, Andreïs avait prévu tout autre chose pour elle. Car c'était le jour de l'amour, et le festival prenait place à l'autre bout de la ville. Et il était bien décidé à l'y emmener.

- Mais mon chef-d'œuvre... gémit-elle lorsqu'il lui proposa.

- Il peut attendre une journée, tu ne penses pas ? Ça fait une semaine que tu ne sors d'ici que pour manger.

- J'ai de l'inspiration.

- Mets ton inspiration en pause, aujourd'hui on passe la journée en amoureux.

Son regard se fit insistant. Clio essaya d'y échapper, sachant que dès que leurs regards se croiseraient, elle ne pourrait refuser. Mais la tentation était trop forte, et elle céda.

- On y va dans une heure, mon amour, dit-il en lui planta un baiser sur le front.

Screenshot-114

- Naaan, enfer et damnation, il pleut ! se désola Thalye.

- Et alors ? fit Calliste attablé, en train de prendre son petit-déjeuner.

- Et alors on peut pas aller au festival s'il pleut ! pleurnicha-t-elle. T'as pas oublié la journée de l'amour quand même ?

Peut-être allait-elle enfin voir Ben. Elle en jubilait.

- Non, j'ai pas oublié, mais je n'y vais pas.

- Bah, et Ben alors ? dit-elle en faisant la moue.

- Benjamin, il appuya sur les deux dernières syllabes, est parti en week-end chez ses grands-parents. C'est l'anniversaire de son grand-père.

Thalye sembla soucieuse un instant et Calliste craignit d'elle une idée saugrenue.

- On a qu'à y aller ensemble ! Pas besoin d'être entre amoureux ! Allez, dis oui, dis oui, dis oui, dis oui ! scandait-elle en lui secouant violemment le bras.

- D'accord, d'accord, mais relâche mon bras, par pitié.

Ce qu'elle fit en souriant.

Screenshot-118

En arrivant une heure plus tard sur le terrain du festival, la pluie avait, au grand bonheur de tous, cessé de tomber, laissant place à une atmosphère humide, mais beaucoup plus plaisante.

Screenshot-121

- Regarde bien la pro, avertit son frère Thalye. J'en ai déjà mis un au centre, regarde le deuxième arriver... et...

- Haha, raté ! éclata de rire Calliste.

- À toi, voyons voir ce que tu vaux ! déclara la jeune muse, nullement vaincue.

Concentré, le jeune homme lança avec aisance ses deux fers à cheval , qu'il mit en plein dans le mile, laissant Thalye rageuse.

- Ouai, allons essayer autre chose, décréta-t-elle.

Screenshot-115

- Comment ça, entrejambe froide ? s'écria-t-elle vexée après avoir essayé la machine de l'amour, tandis que Calliste se moqua gentiment. Vas-y, essaye, ça doit être cassé ce truc !

- Non, c'est bon, ton engin me dit rien du tout.

- Allez, sois pas timide ! Je pense pas que ça révèle quoi que ce soit, de toute façon. Mais entre nous... tu l'as déjà fait ?

Suite au silence de son frère, elle insista :

- Tu l'as déjà fait avec Ben ?

- Thalye, ce ne sont pas tes affaires, c'est ma vie privée ! s'insurgea le jeune homme.

- Roh allez, moi je l'ai déjà fait, et on s'en fout.

- J'avais pas envie de le savoir, Thalye.

- Maintenant tu sais ! s'écria-t-elle, joyeuse.

[Calliste *facepalm*]

Calliste abandonna. Thalye était trop sûre d'elle pour être gênée de quelconque discussion.

- Je vais leur montrer, moi, entrejambe froide...

Screenshot-136

Le pas léger, elle se dirigea vers le stand de bisous, bien décidée à montrer à cette maudite machine comme elle savait embrasser ! Ils allaient voir, qui avait l'entrejambe froide ici !

- Désolé mademoiselle, vous devez être majeure.

- Quoi ?!

Décidément, ce festival n'était pas aussi amusant qu'elle l'avait imaginé. Majeure, quelle idée, ce n'était qu'un baiser !

- Allez, vous pouvez faire une exception ! dit-elle en faisant les yeux doux. Personne ne résistait à ces yeux-là.

- Désolé, je n'en ai pas le droit.

Elle fit la moue, pensive. Pourquoi on ne prenait pas les mineurs au sérieux ici ?

- Très bien... Viens Calliste, on va manger ! s'écria-t-elle reprise d'une joie soudaine.

Au moins, elle ne serait pas déçue par la nourriture.

Screenshot-133

- Regarde comme c'est beau, souffla la jeune fille à son frère, un chamallow rose en forme de lapin en main. Ils avaient même pas mon âge quand ils se sont connus, et ils s'aiment toujours autant.

Pourquoi elle ne vivait pas une pareille histoire ? Elle avait pourtant le choix, niveau garçon, il lui suffisait simplement de tomber amoureuse... Peut-être que le bon arriverait plus tard, où qu'il ne vivait pas ici, tout du moins pas encore.

Elle secoua la tête. Cela faisait plusieurs jours que toute cette histoire lui tourmentait l'esprit, et elle ne l'acceptait pas ! Rien ne devait entâcher à son bonheur ! Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, de ne pas tomber amoureuse ? Elle avait une famille, son frère adoré, une grande maison, des amis, et une passion. Elle avait tout ce dont une fille de son âge pouvait rêver, et elle était la muse de la comédie en prime.

Screenshot-141

De la musique s'éleva soudain près de la piste de danse. Le sourire grand sur ses lèvres, elle attrapa Calliste au vol et l'emmena de force sur la piste.

- Danse avec moi !

- Je ne sais pas danser, dit-il en guise d'excuse.

- On s'en fiche, moi non plus ! rit-elle.

Ils furent bientôt rejoint par Clio et Andreïs, qui entamèrent une danse plus calme que celle des deux adolescents.

- Viens, c'est plus amusant ici, on s'en va, souffla-t-elle finalement après plusieurs minutes de danse endiablées.

- Pour aller où ?

Calliste leva un sourcil interrogateur.

- Tu vas voir.

Screenshot-143

- Tadaam !

- C'est chez qui ? s'enquit Calliste.

- Aucune idée. Mais on va leur faire une farce, annonça la jeune muse en se dirigeant furtivement vers la porte d'entrée. 

- Thalye ? appela Calliste, sentant le mauvais coup. Thalye ? 

Il souffla de désespoir. Sa sœur était vraiment inarrêtable, du moment qu'elle avait une idée en tête. À chaque fois qu'elle avait ce genre de lubie, il espérait juste qu'elle n'ait pas d'ennuis par la suite.

Il se résolut tout de même à la suivre, afin de la surveiller.

Screenshot-147

- Thalye, arrête ça tout de suite, somma-t-il sa sœur.

Elle rit, tout en mettant le feu à un sac. Ce n'était certes pas malin de sa part, mais c'était tellement drôle. D'un bond, elle rejoignit son frère qui attendait caché derrière un buisson, et attendit que les résidents de la maison découvrent le paquet piégé.

- Thalye, tu es au courant que ce n'est absolument pas drôle ?

- Je crois que tu deviens trop vieux pour ça, mon cher frère, pouffa-t-elle.

- Je suis pas vieux ! s'étouffa-t-il. En parlant de ça, il faut qu'on rentre, les parents fêtent leur anniversaire.

- Je leur dirai ! lança-t-elle alors que le jeune homme rejoignait le festival.

- De quoi ?

- Que tu as dit qu'ils étaient vieux ! sourit la jeune fille.

- Pfff, allez, en route ! répondit-il tout sourire en lui faisant signe de le rejoindre.

Elle se leva, laissant sa farce derrière elle.

Screenshot-151

Dernier anniversaire, dernier gâteau, dernières bougies. Clio entrait désormais dans le troisième âge, celui qu'elle redoutait le plus. Adieu l'énergie de sa jeunesse, adieu jeunesse elle-même. Fini les joggings de plusieurs heures, et les entraînements d'arts martiaux. Elle se sentait déjà vieille, aux portes de la mort, elle exagérait, certes, mais elle ne pouvait penser à autre chose.

- Joyeux anniversaire maman ! cria Thalye. Hé, mais c'est bientôt l'anniversaire de Calliste aussi ! remarqua-t-elle ensuite.

Ses enfants, son fils, sa fille. Ils devenaient grands eux aussi, tout en restant jeunes. Ils n'étaient encore qu'adolescents alors qu'elle avait l'âge d'être grand-mère. Elle les avait eu tard, et peut-être qu'à l'instar de Zeus, elle ne verrait jamais ses petits-enfants. Rien ne la terrifiait plus. Elle voulait voir de nouveau des bambins criant et courant dans toute la maison, et voir leurs petites bouilles adorables.

Screenshot-152

Les anniversaires passés, Thalye s'attabla et commença à travailler d'arrache-pieds.

- Bientôt le jour J, n'est-ce pas ? fit remarquer Calliste.

- Ouai, et je veux que cette représentation soit parfaite ! J'ai vraiment hâte d'y être, tu ne t'imagines même pas !

Depuis plusieurs jours, elle était excitée comme une puce, elle ne parlait quasiment que de ça, lorsqu'elle ne parlait pas de ses problèmes amoureux. Elle avait tout prévu de A à Z, laissant peu de chances aux autres de la troupe pour organiser quoi que ce soit. Les costumes, la musique, les décors, le scénario, la mise en place, elle avait tout, ou presque, préparé elle-même. Et désormais, elle pensait à la version filmique. Son projet de film la rendait plus excitée encore. Enfin, elle allait pouvoir utiliser sa caméra dans quelque chose de sérieux, plus sérieux que de filmer son frère à son insu.

Screenshot-154

L'air se réchauffa doucement, et le printemps laissa place à l'été. Avec le retour des beaux jours, et la publication remplie de succès de son chef-d'œuvre, mettant remarquablement fin à sa carrière, Clio avait enfin décidé de créer sérieusement un potager. Elle avait essayé de nombreuses fois dans le passé, laissant ses plantes mourir, faute d'avoir le temps de s'en occuper. Mais maintenant que la retraite l'avait libérée de toutes contraintes, elle était optimiste quant à ce projet.

Screenshot-156

Hestia, quant à elle, en profita pour sortir le nez dehors, et au lieu d'utiliser le chevalet de sa chambre, prit place au fond du jardin, vers le petit salon extérieur. L'air frais lui faisait le plus grand bien, et aidait son imagination, quelque peu tourmentée. Des décennies qu'elle peignait, il lui semblait avoir tout essayé, niveau peinture.

Screenshot-160

Andreïs, les cheveux désormais gris, contrairement à sa femme qui avait tenu à se faire une couleur, ne supportant pas que ses cheveux châtains deviennent vieux eux aussi, pêchait tranquillement sous le soleil, trouvant ainsi une nouvelle passion, bien que pas à la retraite. Jamais il ne cesserait de photographier, et leur proche voyage à Champs-les-Sims l'enchantait. Bientôt, il aurait des photos des quatre coins du monde.

Screenshot-161

Avec la venue des beaux jours, Thalye, elle, préférait se faire belle, en vue de "s'exhiber" en maillot de bain au bord de la piscine. Au programme : bains de boue et vapeurs, pour raffermir son corps et ainsi être parfaite.

Elle ne pensait également plus à rien. Sa représentation était fin prête, il suffisait de la jouer, désormais, et elle avait cessé de s'inquiéter quant à sa vie amoureuse. Elle était jeune, elle avait le temps, elle n'avait qu'à s'amuser, comme elle savait si bien le faire.

Le rire était sa meilleure arme, après tout.


Yeaaaay, encore écrit d'une traite (fin presque), avec la pluie et mon thermos bleu. À croire que la pluie m'inspire.

Notons que ce chapitre doit être le chapitre qui contient le moins de poses depuis trèèèès longtemps. Ça relève quasiment du miracle. Il est aussi pas super intéressant, mais attendez la suite, mes petits, attendez 8)

Sinon, la G4 est ado dans mon jeu. Et là ma G3 est encore ado. J'ai genre beaucoup, BEAUCOUP joué. Et beaucoup, BEAUCOUP pas écrit.

Reste plus qu'à écrire \o/ Au moins pour une fois, j'ai des chapitres en avance ~

Tchouuu ♥