Décembre

 

Ce qu’il préférait, en tout début décembre, c’était être seul sur les pistes. Les vacances n’étaient pas encore là, seuls les riverains venaient skier, et encore, beaucoup travaillaient, et lui, lui avait les pistes pour lui tout seul. Il avait énormément neigé ces dernières semaines, contrairement à l’année précédente qui avait vu un mois de décembre relativement chaud et ensoleillé.

De la musique passant par son casque aux écouteurs intégrés, Gus skiait en suivant le rythme. Il chantait, aussi, à tue-tête, sans réellement se soucier de si on pouvait l’entendre ou pas. De toute façon, il avait toujours fait ça, depuis qu’il était enfant, il avait besoin de hurler tout en skiant, et généralement, ça se faisait en chansons. Parfois, il gueulait en passant à côté des gens, et se moquait de ses amis qui traînaient. Mais aujourd’hui, il était totalement seul. Quelques skieurs invétérés étaient là aussi, mais il les croisait rarement, et aucun de ses amis n’avait pu l’accompagner, contrairement à ce qu’il se passait d’habitude. D’habitude, à l’ouverture des pistes, Ellie venait toujours, avec les vieux skis de son père plus du tout adaptés, et même Léane faisait acte de présence, un snowboard en main, pendant une heure ou deux, avant de s’arrêter à une terrasse et ne plus en repartir de la journée. 

Mais cette année, Léane était loin, il ne neigeait même pas où elle était, et Ellie était coincée au bowling. Il était habitué, à skier seul, là n’était pas la question, mais l’ouverture des pistes à plusieurs était un peu devenue comme une tradition.

Screenshot-127

Ellie était là, en bas des pistes, quand sa journée se termina vers dix-sept heures. Comme toujours, il en avait profité jusqu’à la dernière minute, jusqu’à ce que les remontées mécaniques ferment. Il l’avait repérée de loin, avec ses cheveux roux qui avait toujours contrasté avec la neige, et ce, même au crépuscule comme à l’instant même. 

Elle ne l’avait pas vu, alors il décida de lui jouer un tour. Il arriva à pleine vitesse vers elle, et au dernier moment, dérapa, lui envoyant un raz-de-marée enneigé dessus. 

- Gus, t’es un gamin ! pesta-t-elle en enlevant du mieux qu’elle le pouvait la neige qui collait à ses vêtements.

- Désolé, un réflexe, se justifia-t-il en claquant un talon à droite, puis à gauche, puis regroupant en un instant ses skis.

Il remonta son masque, laissant découvrir ses yeux gris et monta sa paire de skis à son épaule droite.

- Qu’est-ce que tu fais là ? demanda-t-il alors.

- J’ai demandé ma soirée à Vincent, pour le match de Crash. Je me demandais si tu voulais venir, et je savais que je te trouverais ici.

- Tu me connais bien, répondit-il avec un sourire malicieux.

C’était ce soir-là que se déroulait le premier match de hockey des ours de Bearwell. Un match contre une des vallées voisines, Crash disait pouvoir les battre sans réel souci. Il avait bien évidemment promis une place gratuite à sa colocataire maintenant officielle, afin qu’elle vienne l’encourager. Ellie avait toujours aimé assister aux matchs de hockey, même quand elle ne connaissait pas encore ni Simon, ni Crash. Elle y était souvent allée, accompagnée de son père, qui avait dans l’équipe quelques amis. À sa mort, elle y était moins allée, craignant les souvenirs de son père, et sa mère ne l’y avait jamais emmenée. C’était un sport de la montagne, et elle détestait la montagne.

Elle avait beaucoup profité de sa relation avec Simon pour avoir des places gratuites et renouer avec ce sport qu’elle affectionnait, même si elle était incapable d’en jouer, malgré ses essais, enfant. Et maintenant, elle en profitait avec Crash, avec qui elle vivait, désormais.

- Je serais ravi de venir avec toi, Ellie, si tu veux bien me laisser le temps d’aller me changer chez moi. Il me semble que j’ai le temps.

Elle fit mine de regarder sa montre qu’elle n’avait pas, avant d’hocher la tête.

- T’es large. Je t’attends devant l’entrée, ok ?

- Ça marche, à toute !

Et il s’en alla, ses skis sur le dos, clopinant dans ses chaussures inadaptées à la marche. Il prendrait le bus au trottoir d’en face, qui l’amènerait devant chez lui, où comme après chaque journée de ski, il se débarrasserait de ses vêtements qu’il pendrait dans sa salle-de-bain, où il prendrait une longue douche, avant de se poser dans son canapé pour lire, râlant contre ses petits frères qui courraient partout dans la maison. Ellie sourit à cette image. Elle connaissait si bien Gus. Mieux qu’elle ne connaissait les autres. Elle l’avait raccompagné tellement de fois après ses journées de ski qu’il lui semblait que la routine de son ami était aussi la sienne.

Comme il lui restait un peu de temps, elle décida de passer par la salle d’escalade. Rentrer chez elle ne lui servirait à rien, elle n’avait rien à y faire, et Crash était à la patinoire depuis le début de l’après-midi. Et puis avec son travail et le déménagement, elle n’y était pas allée depuis ce qui lui semblait être une éternité.

- Ellie, je te croyais morte ! s’exclama Gabin en la voyant arriver.

- Je l’étais presque, mais on ne me tue pas aussi facilement, plaisanta-t-elle en se débarrassant de ses bottes pour les remplacer par ses chaussons. Quoi de neuf par ici ?

- On a une nouvelle voie tout à gauche, et on a un peu modifié la 6b dans le dévers, parce qu’elle était un peu trop dure, on nous a dit. 

- Et quand moi je dis que ma 6c est trop dure, on la modifie pas, hein ? ironisa-t-elle. 

Gabin lui lança un regard lourd de sens.

- Je sais, je sais, elle est bien cotée, et c’est moi qui fait de la merde, je sais ! s’excusa-t-elle tout en enfilant son baudrier et comptant ses dégaines. Bon, on y va ? T’es prêt ?

- Toujours !

Screenshot-117

Escalader lui fit du bien. Après plus d’un mois sans avoir touché une prise, reprendre contact avec leur rugosité lui sembla presque doux. Quand elle escaladait, tout lui semblait futile. Plus rien n’avait d’importance. Elle en oubliait même sa fatigue. Et c’était exactement ce dont elle avait besoin en ce moment. Le travail au bowling l’épuisait, le déménagement avait eu des complications, trouver une colocation n’était pas chose simple, et elle avait dû s’habituer à sa nouvelle vie. À vivre non pas chez Crash, mais avec Crash. C’était une différence notable.

Elle grimpa jusqu’à ce que ses bras brûlent, jusqu’à ce que ses doigts ne puissent plus se plier sans qu’elle ne grimace. Là alors, elle décida que sa séance avait valu le coup. Elle remercia Gabin, prit rapidement des nouvelles de son père, puis ce fut l’heure pour elle de rejoindre Gus. Elle n’avait pas fait attention à l’heure, jamais elle n’aurait le temps de rentrer chez elle pour prendre une rapide douche.

Gus n’était pas là quand elle atteignit l’entrée de la patinoire, mais elle ne s’en inquiéta pas. Elle savait qu’il avait une tendance à arriver en retard. Ça faisait partie de son charme.

Il y avait du monde, devant. Une longue queue partait du guichet à l’intérieur et se prolongeait plusieurs mètres à l’extérieur. Elle reconnut certains visages, Bearwell était une petite ville, elle connaissait beaucoup de monde. Il y avait aussi des gens venus spécialement de l’autre vallée. Cette dernière était vraiment toute proche, le trajet jusqu’ici était largement faisable pour les habitants les plus férus de hockey et qui souhaitaient coûte que coûte soutenir leur équipe. Un sourire malin traversa les lèvres d’Ellie. Crash et ses coéquipiers allaient les battre, peu importe les soutiens.

Screenshot-112

Elle reconnut Gus de loin, quand il passa sous un lampadaire, grâce à son éternel bonnet et surtout sa famause veste orange fluo. Presque dix minutes de retard. Typique.

- Heureusement qu’il ne neige pas, à force de t’attendre, j’aurais fini ensevelie [ok, donc à la veille de sortir ce chapitre, je viens de caler que sur la photo il neige et je n'ai pas le temps de la changer, le bon gros fail du jour, désolée :')]

- Gna gna gna, moi au moins je vais me laver après avoir fait du sport.

Elle ne répondit à la provocation qu’avec un haussement d’épaules insolent.

Ils trouvèrent une place dans les tribunes au-dessus des bancs des joueurs. Ellie aimait cette place, elle pouvait observer les joueurs aller et venir, et même discuter avec eux, quand ils en avaient le temps.

Les grandes tribunes en face se remplissaient à vue d’œil, même si comme d’habitude, les extrémités restaient vides. Elle était venue à d’innombrables matchs, et elle n’avait encore jamais vu des tribunes remplies. Même pendant les matchs contre Hidden Springs, qui amenaient pourtant de nombreux spectateurs. Bearwell était tout simplement une trop petite ville.

- Je vais me cherche à boire, tu veux un chocolat chaud ?

- Tu me connais si bien, répondit-elle malicieusement.

La mascotte entra au moment-même où Gus se leva, affublée de patins qui contrastaient totalement avec son énorme costume d’ours. Elle fit plusieurs tours de la patinoire, glissant de façon relativement fluide pour quelqu’un qui portait un si gros costume, et envoyait des baisers, en rythme avec la musique.

Puis vinrent les joueurs. Ils avançaient en deux rangées, une étant les ours de Bearwell, l’autre l’équipe adverse. Ellie, du mauvais côté de la patinoire, ne voyait pas leurs visages, mais elle pouvait aisément les reconnaître au numéro de leur maillot. Crash, capitaine de son équipe, avançait en premier, arborant le numéro 3 dans son dos. Son chiffre porte-bonheur, disait-il. Il était suivi du numéro 64, Nathan, puis du numéro 27, un garçon qu’elle connaissait vaguement.

- Tiens, ton chocolat, dit Gus en s’asseyant. Allez les ours ! hurla-t-il ensuite.

Puis les rangées se séparèrent pour que seuls six joueurs restent de chaque côté. Le reste rejoignit tranquillement le banc de touche. Ellie ne les connaissait pas assez pour se permettre d’aller leur parler. Pour le moment, ils devaient se concentrer. Ce match n’était pas un match amical, même s’ils étaient sûrs de le gagner, ils ne pouvaient pas reposer sur leurs lauriers.

Le match commença, la musique stoppa net. Crash menait déjà, à seulement quelques secondes de jeu, s’approchant dangereusement des buts adverses, une maîtrise parfaite du palet. Il manqua son tir, à cause d’un défenseur qui le bouscula au dernier moment et les tribunes huèrent. Puis le jeu reprit immédiatement, il n’y avait pas de temps à perdre. C’était ce qu’Ellie appréciait dans ce sport. Il n’y avait jamais une seule seconde de battement. Les actions s’enchaînaient avec rapidité, regarder ailleurs deux secondes à peine, c’était prendre le risque de ne plus réussir à suivre après coup.

Ce fut d’ailleurs en regardant la mascotte qui passait derrière elle qu’elle manqua la courte bagarre dans laquelle Crash fut impliqué. Quand elle retourna la tête, ce dernier était en prison pour deux minutes. Ça ne l’étonnait qu’à peine, il était assez connu que même si Crash était adorable dans la vie, sur la glace, il pouvait se montrer violent, emporté par l’adrénaline. Et puis, le hockey ne serait pas le hockey sans des bagarres de joueurs. Et généralement, Crash se retrouvait toujours au moins une fois en prison durant un match.

Screenshot-115

Il ne s’en souciait pas trop. Même s’il mettait son équipe en infériorité numérique, il savait que ses coéquipiers pouvaient gérer à quatre, puis qu’il serait vite de retour pour rattraper l’éventuel retard pris. Alors seul dans sa prison, il s’amusait à siffler gaiement. Il leva même la tête, et aperçut Ellie, de l’autre côté de la patinoire, qui l’observait comme s’il était un cas désespéré, ce qu’il était sûrement. Il lui fit signe de la main avec un grand sourire, auquel elle répondit furtivement, avant de se reconcentrer sur le jeu.

Puis deux minutes plus tard, il était de retour dans le jeu, et fut bientôt temps pour lui d’échanger sa place avec l’un des joueurs sur le banc de touche. Il vint fracasser son imposante carrure contre le bord, passa une jambe par-dessus, par flemme d’ouvrir la porte, puis s’effondra sur le banc, une bouteille qu’il se vida sur le visage en main.

- Alors comme ça on se retrouve en prison ? lui lança Ellie depuis sa place.

Les gens autour d’elle se retournèrent, la dévisagèrent quelques secondes, avant de retourner au match.

- Salut Ellie, dit-il en se retournant. C’est pas de ma faute, il m’a de nouveau bousculé, à un moment donné, ça devient chiant, se justifia-t-il.

- Je comprends, je comprends.

- Ah, au fait, après le match, m’attends pas, je débriefe avec l’équipe, comme d’habitude, et je sais pas combien de temps ça me prendra. Salut Gus ! ajouta-t-il en apercevant le jeune homme. 

Puis il se retourna.

- Gus, tu rougis ? remarqua Ellie.

- Quoi ? s’écria-t-il. Il est vraiment mignon.

Cela valut un fou rire de la jeune fille, qui s’attira une nouvelle fois tous les regards voisins.

Les ours gagnèrent 6 à 3, comme prévu, assurant une première victoire pour la saison. Crash était déterminé pour aller le plus loin possible, cette année. Il lança un dernier regard vers Ellie avant de rentrer dans les vestiaires, fier de sa victoire, et Ellie lui tendit son pouce vers le haut pour le féliciter.

Puis elle quitta la patinoire.


Oh god, on est déjà en décembre, la fin arrive à grands pas :(