Screenshot-308

Assise comme à son habitude à la table près de la fenêtre, Erato écrivait nerveusement un important devoir à rendre pour le lundi suivant, peu inspirée pour ce thème-là. Cela faisait des jours qu’elle venait travailler au café, incapable de se concentrer, incapable de trouver la moindre idée, fuyant Dan comme la peste. C’était lui sa pire déconcentration. Le jeune homme avait en effet trouvé un rythme de vie plutôt contre-productif, préférant sortir et faire la fête en pleine semaine plutôt que de travailler pour ses devoirs et exams contrairement à Erato qui s’investissait à fond, sachant très bien qu’elle n’aurait pas de seconde chance.

- Trouvée ! Regarde ça !

- Dan, implora-t-elle en balayant les cartons d’invitation noirs que son ami venait de poser d’un coup sec sur la table en débarquant de nulle part. J’essaye de bosser.

- Tu bosseras demain, ce soir on sort ! annonça-t-il avec un immense sourire.

- Hors de question, j’ai ce truc à rendre. Ce soir je bosse.

Elle prit sa tasse de café dans ses mains, tentant de se réchauffer un minimum alors que la porte était grande ouverte. L’hiver arrivait doucement sur le campus, amenant avec lui sa bise froide et les premiers examens.

- Tu bosseras ce week-end, ce soir, c’est la soirée ! Chic and Shock ma belle, c’est écrit noir sur blanc, enfin, blanc sur noir, là ! Habillés chic, avec un élément choquant !

Elle se décida à prendre entre deux doigts un des cartons noirs, comme s’il la dégoûtait. Pour elle, ce n’était qu’une soirée comme les autres, rien ne les différenciaient, on y buvait, on y hurlait, on y passait de la musique horrible, on y baisait, tout ce qu’elle détestait et qu’elle avait réussi à éviter depuis la soirée d’entrée.

Screenshot-310

- Regarde, mille simflouzes à gagner ! T’as intérêt à gérer, ce soir on sera mister et miss shock, crois-moi !

- Prends une de ces filles qui te tournent autour pour jouer ce rôle, il ne m’intéresse pas, railla-t-elle en arquant un sourcil et avalant une gorgée brûlante de café.

Dan fit la moue et croisa les bras devant lui. Pas une de ces filles, non. Déjà, il devait éviter de les appeler, sans quoi elles croiraient des choses et voudraient peut-être aller plus loin qu’une relation d’un soir. Ce dont il n’était clairement pas fait pour. Non, il ne voulait pas une de ces filles banales et ordinaires pour cette soirée, mais sa meilleure amie, la seule qui comptait véritablement à ses yeux.

- Allez, sinon je dis à Ludovic que tu l’aimes.

- De un, c’est du chantage, de deux, vas-y, puisque c’est faux.

- C’est vrai.

- Faux.

- Vrai.

- Faux. Laisse-moi bosser.

Il se laissa tomber sur le dossier de la chaise, la mine dépitée. Pourquoi refusait-elle d’avouer ce qui sautait aux yeux ? Enfin, pas tellement, Erato était tellement froide avec Ludovic que personne n’aurait pu croire qu’elle en était amoureuse, mais elle l’était, et il le savait. Il la connaissait trop bien pour qu’elle puisse le cacher.

- Je sais que tu l’aimes.

- Tu n’as absolument aucune preuve. Si oui, donne m’en une, ajouta-t-elle avant qu’il ne rétorque.

Screenshot-311

Dan garda le silence, incapable de répondre. Il n’avait aucune preuve, il le supposait seulement du silence de son amie et à chaque fois qu’il amenait le sujet sur le tapis, il ne récoltait rien. Soit elle était devenue douée à leur jeu, soit elle disait vrai et il passait pour un imbécile harceleur, ce qu’il était sûrement.

Il l’observa travailler, à l'affût d’un sourire en coin trahissant ses pensées, d’une perte de son attention furtive, du moindre indice, mais la jeune fille était incroyablement concentrée sur son travail, ou du moins le paraissait.

Dan en avait assez de perdre depuis des mois, de ne pas réussir à faire changer son amie d’avis, ce qu’il réussissait si bien normalement. L’université semblait l’avoir changée, en pire. Elle était devenue encore plus mature, plus sérieuse, plus travailleuse. L’avenir de sa famille la concernait vraiment et elle se surpassait pour elle, ne se laissant déconcentrer par rien, pas même lui. Elle était incroyable et malgré toutes les piques qu’il lui lançait, il l’admirait plus que tout. Elle se battait pour Icare et Maïa, pour eux, pour qu’ils soient heureux, elle avait eu le courage de se battre contre son propre père pour eux, elle avait sacrifié sa passion de l’écriture pour travailler pour eux. Alors que lui n’avait pour seul courage d’aller vers les gens et s’amuser, si l’on pouvait appeler ça du courage.

Il voulait qu’elle s’amuse, qu’elle se détourne de son travail acharné et qu’elle s’amuse le temps d’une soirée, qu’elle puisse souffler et avoir du temps pour elle, qu’elle vive pour elle, et pas seulement pour sa famille.

Ce n’était pas seulement pour l’embêter qu’il cherchait à la caser avec Ludovic. Il voulait qu’elle soit heureuse avec un homme qui l’aime à ses côtés, qu’elle connaisse l’amour avec un homme bien, et qu’était le jeune Vanek. Mais elle refusait de considérer cette idée, trop concentrée sur ses problèmes, trop concentrée sur sa froideur. Elle disait ne pas vouloir de copain, mais il savait que c’était faux. Elle en rêvait au plus profond d’elle-même sans pouvoir se l’avouer. Elle se le refusait, pensant qu’elle n’y avait pas droit, pas tant qu’elle n’avait tout fait pour sa famille.

- Je n’ai aucune preuve pour le moment, mais tu vas voir qu’un jour je vais en trouver une !

- Bonne chance, répondit-elle en ne quittant pas ses feuilles griffonnées de notes des yeux.

- Alors je ne lui dis rien si tu viens.

- Dan, c’est le même chantage, mais formulé à l’envers, tu sais ?

Il grogna, attrapa son gobelet brûlant et sortit du café, non sans avoir gribouillé sur les notes d’Erato en représailles, tel un gamin de huit ans vexé.

*

Screenshot-198

- Bah alors, t’es tout seul ce soir mon pote ?

Ludovic, deux gobelets rouges dans les mains et un nœud papillon fluo autour du cou, s’était avancé vers son ami et lui en tendit un, surpris de le voir seul, lui qui généralement était accompagné d’une ou plusieurs jolies filles.

- Je voulais qu’Erato vienne avec moi, mais tu la connais, elle n’a pas voulu. Elle passe ses journées à bosser.

- Haha, tu sais, nous aussi on devrait passer nos journées à bosser, les exams vont arriver plus vite que l’on ne pense. Te laisse pas avoir comme moi la première année !

- Hum…

Il porta son gobelet à ses lèvres et but son contenu d’un coup, bien trop concentré sur le vide pour contrôler ses mouvements. Ainsi concentré, il entendait avec précision la musique qui passait dans la boîte de nuit. Erato avait raison, cette musique était vraiment horrible, à peine écoutable, mais personne ne semblait le remarquer, ni même s’en soucier. De même pour la boisson dans les gobelets totalement immonde.

- Eh Dan, tu viens danser ? demanda une fille aux belles formes déjà éméchée qui se trémoussait sur la musique devant lui.

- Non, pas envie.

Cette soirée, il avait voulu la faire avec Erato, et sans elle, il n’avait pas envie de s’amuser. La fille prit la mouche, essaya de lui coller une baffe, sans succès. Elle était trop alcoolisée pour atteindre sa cible.

- Au fait Dan… commença Ludovic, hésitant.

- Ouai ?

- Je sais pas pourquoi je te demande ça maintenant, mais… je me suis toujours demandé pourquoi tu n’étais pas en couple avec Erato. Parce que voilà quoi… Elle est belle, c’est une super fille et vous vous connaissez super bien.

Dan sourit doucement et émit un petit rire moqueur. Il était loin d’être le seul à s’être posé la question. Tout le monde qui connaissait un tant soit peu Dan et son amitié avec Erato finissait toujours par se poser la question à propos de leur relation. Après tout, il n’était pas gay, elle n’était pas lesbienne, ils avaient le même âge, se connaissaient depuis l’enfance et mieux que personne d’autre, s’entendaient à merveille et se disputaient comme un vieux couple. Tout portait à croire qu’ils sortaient ensemble, ou étaient sortis ensemble, mais aucun des deux amis, en plus d’une décennie d’amitié, n’avait éprouvé le moindre sentiment amoureux pour l’autre. Et si Dan ne connaissait pas réellement les raisons d’Erato, lui avait sa réponse toute faite dans son esprit.

- Tu veux savoir pourquoi ? Je respecte trop Erato pour ça. Enfin… tenta-t-il de s’expliquer. Pas que je respecte pas les autres filles, c’est pas ça, c’est… Erato, c’est pas une fille comme les autres pour moi. C’est bien plus. Et j’ai pas envie de la traiter comme une fille normale. Sortir avec et ne plus jamais l’appeler. Elle vaut mieux. Et puis... Je l'aime à ma façon, pas obligé d'avoir de sentiments amoureux pour ça... Pitié, dis-moi qu’Erato est pas derrière moi avec un sourire narquois, ajouta-t-il après une minute de silence.

Screenshot-201

- Non, elle est pas là. En revanche, elle arrive.

- Quoi ? sursauta le jeune homme. Erato ? Qu’est-ce que tu fais là ? demanda-t-il lorsqu’elle fut à leur niveau.

- Je me suis dit qu’une petite pause me ferait du bien, même si j’aurais préféré une soirée devant la télé en pyjama, mais c’est pas marrant sans toi.

Elle lui arracha le gobelet des mains et but le peu qu'il restait.

- C’est dégueulasse.

- Je sais bien.

- Salut, au fait ! dit Ludovic resté en retrait.

Elle lui rendit son bonjour en s’excusant. Elle ne l’avait pas vu. Leur relation s’était améliorée depuis leur première rencontre à l’université, elle ne pourrait pas le qualifier d’ami, mais Dan s’était pris d’affection pour lui et l’incrustait dans toutes leurs sorties, que ce soit au cinéma, au bowling ou au café. Alors Erato avait dû apprendre à le supporter, malgré le fait qu’il soit insupportable.

- Par contre Erato, c’est pas avec ça que tu vas être miss Shock, déclara Dan en l’observant de la tête aux pieds.

- J’ai fait avec ce que j’ai pu en peu de temps. T’es pas mieux je te signale, répliqua-t-elle.

- Comment ça ?

- T’as pas trouvé mieux que des chaussures fluos ? Regarde autour de toi, la moitié des mecs ont eu cette idée.

- Figure toi que personne n’est véritablement original dans ce bas monde. Et personne n'a osé les prendre roses !

Elle le considéra d’un regard amusé qui lui demandait s’il était sérieux, se retenant de rire. Aucune d'entre eux ne fut élu miss ou mister Shock, mais aucun d'entre eux ne s'en soucia. À vrai dire, ils étaient tous les trois partis avant les résultats, finissant leur soirée devant un film.


 La fin (soit les 3 dernières lignes) est écrite à l'arrache, elle m'inspirait pas du tout, alors quand je suis pas inspirée, j'écris un peu n'importe quoi et je passe à la suite, sinon je pète vite un cable. Notons le titre pas inspiré non plus (je hais trouver des titres en vérité :'))

Sinon on a un gros plan sur Dan, parce qu'il est beau ♥ Et petit monologue de Dan ; pour les gens qui shippe le Eratan, sorry les gens ;_;

Et j'ai plus de chapitres d'avance... Argh. Et vu que je me barre à la montagne vendredi prochain et que le seul train est à 7h du mat (mon pauvre sommeil) et que donc j'aurais pas internet pour poster dans la journée (et le vendredi d'après non plus, j'ai pas internet à la montagne ~), bah prochain chapitre le 4 mars. Non ne pleurez pas.

Tschüss ♥